FRAYES

Famille FRAEYS

Voici, une courte notice, sur la famille Fraeys de Veubeke :

  1. Josse FRAEYS, vivait au XVe siècle, dans la Flandre maritime, il doit être né entre 1450 et 1460.
  2. Josse FRAEYS, fils du précédent, né vers  1495, épousa Cornélie de Nève fille de Gauthier et en secondes noces, Catherine van Ravenbroeck : dont,
  3. Corneille FRAEYS, franc host par naissance, puis host de Wynendaele, et bour­ geois de la ville de Thourout, dont il fut échevin et bourgmestre en 1575. Il épousa, en lre noce Jeanne Soen, fille d'Olivier.  Décédé vers 1605
  4. Jean FRAEYS, né vers 1580 fils du précédent, échevin, puis ecoutète de la ville de Thourout, succède en cette qualité à Jean de Cupere. Il remplit aussi en 1607, l'office de bailli et fut en outre receveur de l'hospice. Il épousa Catherine Gheldere, fille de Josse, dont il eut dix enfants. Parmi ceux-ci Jacques, qui suit V.
  5. Jacques FRAEYS, né le 12 juin 1619, décédé le 26 juin 1681, fut receveur de l'hospice de Thourout. Il avait épousé le 14 mai 1645, Jacquemine Hendericx, fille de Thomas, née le 24 août 1621, et décédée le 29 mai 1677. Dont :
  6. Pierre FRAEYS, né le 17 mars 1646, décédé le 11 janvier 1722, Homme de fief de la seigneurie de Wynendael et bourgmestre de Thourout. Il épousa le 14 août 1691, Jeanne-Marie Ckeys, fille de Pierre, greffier de la ville de Thourout et de Jeanne Logghe. Dont quatre enfants, parmi ceux-ci, Pierre qui suit :
  7. Pierre Joannes FRAEYS, seigneur de Veubeke, né le 12 avril 1692, échevin de Thourout, assesseur du chef cens de Wynendael en 1729, et bourgmestre de Thourout. Il épousa le 18 juillet 1728, Marie-Josèphe Wilmaers, fille de Jean-Baptiste et d'Anne Aukerts. Il acquit, le 24 janvier 1729, la seigneurie de Veubeke, par acte passé devant k Cour de Mercken (registre des Parchons). La seigneurie de Veubeke était une des Cours subalternes de la Seigneurie de Merckem. Elle était située sur le territoire de Thourout et de Cortemarck. Les obligations du seigneur de Veubeke, vis-à-vis du seigneur de Merckem étaient, avec la foi, l'hommage, le relief et le camerlinage, le service d'un cheval sellé quand le seigneur de Merckem s'en allait à la guerre avec le comte de Flandre. De la Cour de Veubeke étaient tenus dix fiefs relevant de celle-ci et soumis à certaines prestations. Le seigneur de Veubeke avait le droit de nommer un bailli, pour faire avec les dix échevins ou hommes de fief, « Droit et loi de la manière qui appartient ». Pierre Fraeys, mourut l'an 1757, laissant un fils Michel qui suit VIII.
  8. Michel-Pierre-Romuald FRAEYS, seigneur de Veubeke, dont il fut   le relief, le 3 septembre 1757, né à Thourout, le 14 avril 1727, il fut avocat au Conseil de Flandre et décéda à Gand, le 28 août 1758. Il y avait épousé, le 20 janvier 1751, Marie-Jeanne-Josine de Kempenaer, fille de Maximilien, procureur au Conseil de Flandres et de Marie Fraeys. Cette dernière était la fille de Pierre et de Marie van Maldeghem. Ils eurent cinq enfants, dont Pierre qui suit :
  9. Pierre-Marie-Jean FRAEYS, seigneur de Veubeke, né à Gand, le 1er janvier 1752, il fit le relief de la seigneurie de Veubeke à la mort de son père, et il la posséda jusqu'à la fin de l'ancien régime. Il fut échevin du pays de Wynendael en 1778, et épousa à Thourout, le 11 mai 1779, Marie-Josèphe de Brouckère, fille de Jean-Baptiste et de Marie-Claire de la Croix. Elle était la sœur de Charles de Brouckère, président de la Cour d'appel du département de la Lys, conseiller d'Etat et gou­verneur du Limbourg. Dont huit enfants, parmi lesquels, Marie, qui fut l'épousede Jean de Villegas, inspecteur des finances et des contributions directes de l'ar­rondissement d'Audenaerde, et qui obtint reconnaissance de noblesse en 1882, et Pierre qui suit X.
  10. Pierre-Marie-Joseph FRAEYS, né à Thourout, le 1er novembre 1785, receveur d'Aertrycke, échevin de Thourout et conseiller provincial. Il épousa, le 9 février 1807, devant Charles Fraeys, bourgmestre de Thourout, Thérèse Vergauwe, fille de Bernard et de Jeanne Bruynooghe. De leur union, sont issus treize enfants, dont Henri qui suit :
  11. Henri-Constant FRAEYS, né en 1812, notaire à Bruges et conseiller communal de cette ville, épousa le 14 juin 1843, Honorine Bove, fille de Jean et de N... Liebaert. De ce mariage, 1° René, notaire à Bruges, échevin de cette ville, pré­ sident du conseil provincial, époux de Christine van der Straeten; 2° Albert qui suit; 3° Julie, épouse d'Auguste Collaert; 4° Augusta, épouse de Joseph de Brouwer; 5° Ernest, autorisé à faire suivre son nom de celui de Veubeke, échevin d'Ypres et sénateur, époux de Marie Terrier; dont, une fille Marie-Henriette qui épousa le baron Pierre de Coninck de Merckem, sénateur; 6° Maurice, pré­sident du tribunal de Bruges, époux d'Augusta Goethals.
  12. Albert-Marie-Joseph-Victor FRAEYS DE VEUBEKE, né le 19 octobre 1850, ingénieur en chef aux chemins de fer de l'Etat, époux d'Elisabeth Saay, fille d'Isidore et de Barbe Verboekoven. De leur union : Henri, notaire à Bruges; Ludovic qui suit; et René, prêtre de la Compagnie de Jésus.
  13. Ludovic-Joseph-Marie-Honoré-Antoine   FRAEYS   DE   VEUBEKE,   écuyer,  né à Bruges, le 20 juin 1882, y décédé le 25 juin 1952, ayant épousé à Gand, le 2 février 1907, Marie-Elisabeth-Barbe-Jeanne BEGEREM, y née le 2 juillet 1882. Pour leur descendance, voyez l'Etat présent de la noblesse du royaume de Belgique, tome VI, anno 1962. Il fut anobli pas lettres patentes du  8 octobre 1929, ainsi que son cousin  issu de germain, Paul-Benoît-Victor-Louis-Marie-Joseph Fraeys de Veubeke, Auditeur militaire, près le Conseil de guerre permanent de la Flandre occidentale, Officier de l'Ordre de Léopold (fils d'Auguste-Charles-Henri-Marie et de Louise-Marie-Mélanie Drubbel), qui avait épousé à Bruges, le 7 janvier 1903, Marguerite-Marie-Ghislaine-Adolphine-Auguste PAPEIANS DE MORCHOVEN dit van der Strepen; dont trois filles : 1° Marie-Louise, épouse d'Emile de Ryckman de Betz; 2° Jacqueline, épouse d'Alfred de Ryckman de Betz; et 3° Godelieve, épouse du baron Adrien Gilles de Pelichy.


Armoiries : la famille Fraeys porte comme armoiries de famille : d'azur au chevron d'or, accompagné de deux étoiles du même en chef, et d'une merlette d'argent en pointe. Les bénéficiaires de la concession de noblesse de 1929, et leurs descendants portant : d'or à deux fasces de sinople, accompagnées en chef d'une hure de sanglier au naturel. Heaume d'argent. Bourrelets et Lambrequins d'or et de sinople. Cimier : un dextrochère de carnation, brandissant une épée d'argent, garnie d'or. Devise : « Met fraaie moet » de sinople, sur un listel d'or.


SUITE►    

Copyright © All Rights Reserved