Dupont

Voici un résumé généalogique de cette famille, qui paraît à Edgar remonter à Antoine du Pont qui épousa demoiselle Anne Bastin, dont un fils qui suit II :

  1. Jean DU PONT, lequel épousa Elisabeth de Bassenge, fille d'Adam et de Marguerite Malherbe, dont une fille, Petronille du Pont, épousa Jean de Looz, qui lui donna une fille, Marguerite de Looz, laquelle épousa le Sgr Albert de Grady, fils d'Albert et de Marie de Fisen.Ceci résulte des « Déductions généalogiques » verbo de Grady de J. G. Lefort, écuyer Roy d'Armes, aux archives de l'Etat à Liège, et qui blasonne ces du Pont comme suit:d’or, au chevron alesé de gueules, cantonnées de trois quintefeuilles de même, boutonnées d'or et tigées de sinop    Vu la similitude des blasons et des prénoms, Edgar  lui attribue le fils qui suit Ill. 
  2. Jean DU PONT, baptisé à Liège, le 9 juillet 1609, fils de Jean et d'Elisabeth N..., d'après le registre de baptême; il épousa Oda Laurenty, fille de Jehan Laurenty, marchand à Liège. Il fut, maître du métier des Charliers et eut six enfants, dont Simon Quirin qui suit.
  3. Simon Quirin Dupont, baptisé à Notre-Dame-aux-Fonts, le 23 octobre 1640. Il fit le 22 juillet 1667, le relief du métier des Charliers. Abry, tome A, page 343, lui donne les mêmes armoiries qu'à son père, à la différence que l'équerre est de sable, au lieu de gueules. Il l'appelle Simon du Pont, spornier.

Il épousa, Marguerite Donnay, décédée à Liège, paroisse Saint-Martin-en-Ile, le 8 mai 1693.

Dont sept enfants; le second suit sub V


  1. QUIRIN ou QUOILIN Simon Dupont, baptisé à Liège à Saint-Adalbert, le 4 janvier 1678. Il se maria deux fois; de sa seconde épouse, Marie Mary, qu'il épousa à Saint-Martin-en-Ile, le 30 janvier 1711, il eut, outre une fille Marie-Marguerite, Quirin Baudouin qui suit. (Edgard possèdais un assez bon portrait de lui, peint à l'huile en 1751. Il est représenté en habit bleu foncé, gilet rouge, chemise blanche avec manchettes en dentelles, coiffé d'une perruque blanche, il tient à la main une lettre où l'on lit: « Monsieur, Monsieur Simon Dupont, marchand rue d'Avroy à Liège »).


  1. Baudouin Dupont, baptisé à Notre-Dame-aux-Fonts, le 6 avril 1716. Il fut greffier du métier des Boulangers, maître de l'hôpital Saint-Jacques et commissaire de la Cité de Liège en 1746. Il épousa en première noces, Marie del Brouck, et en secondes noces, à Theux, le 17 novembre 1765, Jeanne Elisabeth de Marteau, fille de Jean-Joseph, dit Chevalier de Marteau, jurisconsulte et bourgmestre de Theux; Haut gruyer héréditaire de la Porallée et commune Saint-Remacle et Haut forestier héréditaire de Franchimont, et de Catherine-Françoise de Boniver. (Voyez généalogie de la famille de Marteau, dans l'Annuaire de la noblesse belge, anno 1896).

Il eut de son second mariage, Lambert-Joseph qui suit Vll


  1. Lambert-Joseph Dupont, baptisé à Notre-Dame-aux-Fonts, le 22 avril 1768, décédé à Liège le 8 janvier 1848. Il fut successivement rentier ou receveur de la Cité de Liège, colonel au 3e régiment de la Garde nationale de Liège en 1790, membre de l'administration provinciale en 1794, juge puis conseiller à la Cour impériale de Liège, puis à la Cour Supérieure de justice de Liège, et enfin, après 1830, président à la Cour d'appel de Liège. Il épousa à Liège, le 17 août 1789, Marie-Anne-Françoise-Elisabeth Fabry, baptisée à Notre-Dame-aux-Fonts le 13 novembre 1766, fille de Jacques-Joseph (de) Fabry (voir sa biographie), bourgmestre de la noble Cité de Liège, etc., et de Marie Bertoz.



De ce mariage sont nés huit enfants :

  1. Marie-Anne-Elisabeth-Constance, née à Liège; elle y épousa le 8 décembre 1811, Jacques-Nicolas-Henri-Clément Delloye, né à Huy le 31 août 1782, décédé en 1845, banquier, fils de Nicolas-Aimé-Antoine, maire de Huy et d'Anne-Elisabeth dite Betsy Desoer.
  2. Jean-Jacques-Hyacinthe Dupont, né à Liège, le 14 janvier 1794, décédé à Namur, le 11 avril 1869; il était inspecteur de l'Enregistrement à Anvers en 1848, puis il devint directeur de l'Enregistrement à Namur. Il épousa à Liège, Joséphine-Henriette Dubois, y décédée le 6 juin 1893, à l'âge de 78 ans. Leur postérité fleurit encore.
  3. Marie-Anne-Sophie-Dorothée, née à Liège, le 23 novembre 1795, décédée au château d'Angleur le 28 août 1874. Elle épousa à Liège, Gérard-Théodore-Pierre-Joseph Nagelmackers, baptisé à Notre-Dame-aux-Fonts, le 6 février 1777, décédé au château d'Angleur, le 25 juillet 1859; banquier à Liège, membre des États provinciaux de Liège, membre de la deuxième chambre des Étais généraux des Pays-Bas, membre suppléant du Congrès national de 1830 et commandeur de l'Ordre de Léopold. Il était veuf en premières noces de Catherine Françoise-Julie Burdo, et fils de Gérard et de Marie-Lambertine Mouillard.
  4. Marie-Isabelle-Louise-Philippine, née à Hermalle, le 7 avril 1797, décédée à Liège le 16 novembre 1861, y ayant épousé Jean-Paul Gilkinet, né à Liège le 16 mars 1801, notaire royal, à la résidence de Liège, fils de Jean-Paul, notaire impérial et de Marie-Joséphine Thérèse Pirotton.
  5. Marie-Elisa, née à Liège le 16 août 1801, y épousa, le 15 août 1833, Everard-Nicolas-Joseph Dupont, professeur de droit et recteur de l'université de Liège, a d'une famille étrangère à la présente notice généalogique, fils de, Servais-Joseph et de Marie-Catherine Gilmn. De leur union naquirent deux fils; le premier Emile Dupont fut avocat, vice-président du Sénat et ministre d'Etat; le second, Lambert-Adolphe Dupont, fut ingénieur des Mines.
  6. Caroline... Elle fut l'épouse de Jean Gisbert de Leeuw né à Bréda, le Il octobre 1792, membre du Congrès national de 1830, membre de la Chambre des Représentants de 1832 à 1833, conseiller des mines, Chevalier de l'Ordre de Léopold et décoré de la Croix de fer. il mourut à Liège, le 8 janvier 1871.
  7. Eugénie, morte en bas âge.
  8. Rose-Albertine-Eugénie, épouse du baron Joseph Forgeur.


DUPONT :  Armes d'argent à une équerre de sable mise en bande, accompagnée de trois quintefeuilles de gueules, feuillées et tigées de sinople. Cimier une des quintefeuilles.


Voyez l'Armorial de H. van Ophoven, et celui d'Abry, tome A, page 336 et 343 et tome B, pages 146-267 et 269, où il se voit des variantes dans les émaux.


SUITE►    

Copyright © All Rights Reserved