Le Nom

Généalogie Forgeur

Le nom Forgeur

C'est tout au plus, vers la fin du douzième siècle, que l'on commence à constater en Belgique, l'apparition des noms de familles, et ils ne deviennent héréditaires dans les familles libre ou de situation aisée qu'au quatorzième siècle. Dans la masse des paysans, le nom ne devient transmissible, qu'aux quinzième et seizième siècles; encore changeait-il souvent pour divers motifs.

Ce fut le Concile de Trente (1545-1563), qui prescrivit aux curés de tenir des registres de baptêmes, ce qui contribua beaucoup à fixer les noms de famille.

On divise ceux-ci, eu égard à leur origine, en trois grandes catégories

  • les noms toponymiques, qui dérivent des noms de villes, villages, hameaux, lieux-dits, châteaux, etc.;
  • les noms patronymiques, qui proviennent de prénoms masculins ou féminins, souvent au génitif;
  • les noms personnels, qui dérivent d'une profession, soit d'une qualité ou d'un défaut physique, soit d'un sobriquet devenu héréditaire.

C'est dans cette dernière catégorie, qu'il faut classer l'origine du nom de Forgeur. En tant que profession, en ce qui nous concerne, le vocable le Forgeur apparaît en 1468, mais il ne deviendra le nom de famille héréditaire, qu'à partir de Jean-Pasqueau le Forgeur, dont il sera parlé plus loin. L'orthographe du nom n'a guère varié, sauf à l'origine, où les scribes de l'époque, l'écrivent parfois:le forgueur, le fourgeur, et dans la forme wallonne, li forgeu, Forgeux. L'article «le » ne disparut, qu'un peu avant l'an 1700.

Avant que le nom de famille ne devienne héréditaire, l'on ne trouve que des prénoms, et ils sont toujours les mêmes, orthographiés de façons différentes: Pakéa, Pakeaux, Paqucan, Johan Pakéa, Johan Pakeau, Jean Pacquea ou Jean Pasqucan, Pasqueaux, Jean Pasque, et ce durant cent vingt-cinq ans. Faute d'état civil et de renseignements plus complets, il est donc très difficile de les différencier. Edgard ne suis du reste, pas loin de croire que ce prénom, peu importe son orthographe, constitua à cette époque, un véritable nom de famille.

Le nom de Forgeur, a du reste été porté par d'autres familles, qui n'ont aucune parenté avec celle dont nous traitons ici. En voici deux, à titre d'exemple

  1. Il a existé dans l'Entre-Sambre-et-Meuse, une famille issue de François le Forgeur, alias de Montaigle, Maître de forges à Foi-Marteau, vivant au milieu du XVIe siècle. Il avait épousé Jeanne de Ruplémont dont il eut postérité. Ils gisent dans l'église de Bioul, sous une belle pierre tombale armoriée à leurs armes respectives.


  1. Il a dû y avoir au XVIIIe siècle, une famille Forgeur au comté de Chiny. Il existe encore, procédant probablement de celle-ci, une famille Forgeur, au pays Gaumais. Elle est actuellement représentée, par le général d'infanterie belge, retraité Joseph-Polydor Forgeur, habitant à Meix devant Virton, et dont le père Jean-Baptiste-François Forgeur fut bourgmestre de Meix devant Virton.

Le général, Grand officier de l'Ordre de la Couronne et Commandeur de l'Ordre de Léopold, a épousé une française, Lucienne Marie-Elise Bonau, fille de François, maire du XVe arrondissement de Paris; dont postérité.



 ◄Table des matières                                                                                                                                                 Origine de la famille

Copyright © All Rights Reserved

Respect de la vie privée.

Les informations concernant les personnes vivantes sont limitées. Si vous ne désirez pas que votre photo soit publiée, merci de me le dire.