Chapitre 18 : DEUXIEMÈME BRANCHE

Généalogie Forgeur

Chapitre 18 : DEUXIEMÈME BRANCHE

ADAM-HUBERT FORGEUR : Huitième enfant de Pierre-Joseph et de Marie-Aleyde Dallemagne, il fut baptisé à Liège à Notre-Dame-aux-Fonts, le 22 avril 1748, et décéda à Liège, le 20 nivôse an V (9 janvier 1797).  C'est lui, qui eut un procès avec les carmélites déchaussées du Potay, et dans le dossier duquel, figure plusieurs lettres qu'il cachetait aux armoiries de la famille. Armoiries au loup. Il était négociant.

Il épousa à Liège, le 26 juillet 1773, Marie-Françoise lefèbvre, née à Liège le 13 mai 1751, et y décédée le 27 mai 1808.

De leur mariage naquirent neuf enfants, tous nés à Liège :


1. Pierre-Dieudonné qui suit.

2. Jean-Joseph-Hubert  qui  suivra  après  son frère.

3. Charles-Ignace, né le 15 décembre 1777.

4. Toussaint-Hubert, né le 1er novembre 1781.

5. Lambert-Rémi-Joseph, né le  1er juin 1783; il épousa Marie-Catherine everard, qui lui donna, outre sept enfants décédés jeunes :

a) François-Joseph, né à Liège, le 17 décembre 1808, y décédé le 2 avril 1839.

b) Jules-Dieudonné-Joseph, né à Liège, le 12 novembre 1817.


6. Louis-François-Joseph, né le 11 décembre 1784

7. François-Dieudonné, né le 17 avril 1787.

8. Pétronille-Marie,  née  en  1788.  Elle fut l'épouse  de François idatte, et elle mourut à Liège, le 14 août 1886, âgée de nonante-huit ans.

9. Marie-Françoise-Dieudonnée,  décédée  à Liège, paroisse   Saint-Servais, le 10 janvier 1869, à l'âge de septante-huit ans.

PIERRE-DIEUDONNE FORGEUR.

Né à Liège, le 10 juin 1774, il fut négociant, et habitait place du Marché. La lettre de faire part de son décès, décès survenu à Liège, le 6 mars 1846, le qualifie toutefois de rentier.

Son épouse fut Marie-Henriette Henrotay, qui lui survécu, et lui donna les quatre enfants qui suivent :

  1. Marie-Pauline-Pétronille, décédée à Liège, le 30 novembre 1890, dans sa quatre-vingt deuxième année. Elle fut l'épouse de Barthélémy-Edouard HARZÉ.
  2. Marie-Françoise-Eléonore dite Fanny, née à Liège en 1815, et décédée à Herstal, en 1891. Elle se maria deux fois :

En premières noces, à Liège, le 20 juin 1836, avec Mathieu-Melchior-Ferdinand-Joseph LEUNENSCHLOSS , né à Lindlar (Allemagne, province Rhénane), le 14 juillet 1801, décédé à Paris, le 10 juillet 1854.

Il s'établit à Liège, où il devint négociant et fabriquant d'armes. Il était le fils de Gabriel-Godfried von Leunenschloss, juge au baillage de Steinbach et procureur au tribunal de première ins­tance de Dusseldorf, et de Catherine-Josepha Ernst.

En secondes noces, à Liège, le 5 mars 1857, avec Eugène Ziane, industriel et conseiller communal d'Herstal, décédé le 18 mai 1869, à l'âge de quarante-six ans.





  1. Victor, qui fut l'époux d'Antoinette ZIANE, décédée en 1851, fille   de   Jean-Nicolas,   négociant  tanneur et d'Anne-Marie-Jeanne-Sophie dite Jeannette Ernst, petite-fille d'Antoine Ziane, échevin de la Haute Cour de justice de Fraipont et de Marie-Joséphine Closset. 






De cette union sont issus deux filles :

  1. Jeanne, dite Jenny, qui épousa à Liège en 1866, Jules-Clément VON LEUNENSCHLOSS, né le 27 juin 1837, fils de Louis-Jacob, notaire à Xhanten-Lindlar, puis à Crefeld, et de Maria-Cons-tantina-Régine Scharff.
  2. Alice, qui fut l'épouse d'Isidore DE SCHRYVER, administrateur de Sociétés, et résidant à Bruxelles.


  1. Emile-Ferdinand, il fut employé à la liste civile à Bruxelles.


JEAN-JOSEPH FORGEUR.

Né à Liège, le 24 février 1776, y décédé le 30 juin 1823, il avait épousé Marie-Agnès-Lambertine NOPPENS. Il était négociant, rue du Pont à Liège. De son mariage sont issus :

  1. Marie-Agnès-Lambertine, née à Liège, le 11  septembre 1806. Elle y épousa, le 22 mai 1834, Jean-Henri BURNAY, docteur en médecine, né à Londres en 1810, fils de Jean-Baptiste et de Marie-Anne Baupain.
  2. Pétronille-Joséphine.
  3. Thomas-Joseph-Hyacinthe.






Eugène-Ziane était propriétaire d'une importante industrie, dénommée « Les Moulins à cylindres d'Herstal, où l'on moulait le grain.


Jean-Nicolas-Ziane-Ernst, était négociant tanneur. Avec Victor Forgeur, son gendre, ils achetèrent tous deux, le 14 août 1851, pour la somme de 22.000 francs, des biens sis en Gravioule, comprenant : un moulin, de vastes bâtiments d'atelier, habitations, jardin, etc., pour une surface totale de deux mille cinq cent cinq m², auxquels était aussi adjointe, la moitié du biez de Gravioule. Il est donc fort probable, que Victor Forgeur, fut tanneur avec son beau-père.



Famille VON LEUNENSCHLOSS : famille originaire du duché de Berg, dont la filiation remonte à 1499. Lors de la Réforme, elle devint protestante durant trois générations, puis elle revint au catholicisme. Une branche de cette famille s'établit à Liège à l'époque de la Révolution française, époque ou l'état-civil de Liège, omit dans les actes, la particule « von » qu'elle portait.

Armes : d'azur à une flèche d'argent posée en pal, la pointe en haut.


BURNAY : famille originaire du village de Bovigny, près de Vielsalm, issue de Jean-Baptiste le Burnay, né à Bovigny en 1683 et décédé à Courtil en 1767. Du mariage Burnay-Forgeur, sont entre autres, nés au Portugal :

l'aîné, Henri de Burnay, fondateur de la très importante banque Burnay, Grand Croix des Ordres du Christ de Portugal et de Notre-Dame de la Concep­ tion de Villa-Viçosa; il fut créé comte de Burnay, par lettres patentes du roi Louis Ier, de Portugal en 1888. Il avait épousé en 1863, Marie-Amélie de Carvalho, qui lui donna neuf enfants, alliés aux familles des vicomtes Marco Morales de los Rios, des vicomtes de Mairos, Lemesle de Pacheco, des comtes de Mafra.

Edouard, il fut docteur en médecine et épousa Marie Ramalho-Ortigao, dont il eut cinq enfants.

Julie, unie à Ernest Empis de Vendin, né à Anvers en 1842, consul de Belgique à Lisbonne.


 Chapitre 17                                                                                                                                                                                Chapitre 19

Copyright © All Rights Reserved

Respect de la vie privée.

Les informations concernant les personnes vivantes sont limitées. Si vous ne désirez pas que votre photo soit publiée, merci de me le dire.