Chapitre 11 : Baron Albert Eugène

Généalogie Forgeur

Chapitre 11 : Baron Albert Eugène FORGEUR

Il naquit à Liège, le 9 octobre 1845, et y mourut, le 20 juin 1924. Docteur en droit de l'université de Liège, le 2 août 1867, il prêta le serment d'avocat près de la Cour d'appel de Liège, le 5 août 1867. Pendant plusieurs années il fut consul de Roumanie à Liège. Durant son existence, il fit partie du Conseil d'administration de plusieurs sociétés. Il fut notamment administrateur, puis président du Conseil des charbonnages de Patience et Beaujonc à Glain-lez-Liège. Lorsqu'il y eut cinquante ans qu’il siégeait au Conseil de ce charbonnage, celui-ci, organisa une manifestation de sympathie en son honneur, et lui fit cadeau de son portrait peint à l'huile, par le peintre bruxellois Philippe Swincop. Administrateur depuis sa fondation, puis vice-président du charbonnage des Liégeois en Campine, à Genk (Zwartberg), cette commune a donné son nom à l'une de ses avenues la « Baron Albert Forgeur laan ».

Il fut aussi, administrateur des Tramways liégeois; des papeteries de Marcq (Pas-de-Calais), président du Comité de Surveillance de la société civile du Passage Lemonnier à Liège, président de l'Ancienne société liégeoise pour l'Achat et la Construction de maisons d'ouvriers, et commissaire des Usines à zinc de Corphalie.

Il était Officier de l’Ordre de Léopold, Officier de l'Ordre de la Couronne de Roumanie, et Chevalier de l'Ordre de François-Joseph d'Autriche.

Il avait obtenu, le 12 août 1888, augmentation d'armoiries, consistant, en l'adjonction à celles concédées à son père en 1872, de celles dont les membres de sa famille faisaient usage aux siècles derniers.

  1. Il épousa à Liège, le 26 juin 1872, Zoé Breuls 1 née au château de Kéwith à Gellick, le 14 décembre 1841, décédée à Liège, le 29 octobre 1886. Elle était la fille d'Henri-Guillaume, docteur en droit, Conseiller provincial du Limbourg, et de Marie-Louise Wilhelmine de Tiecken de Terhove, petite-fille de Jean François Xavier Breuls, échevin liégeois de Maastricht, en 1772 et 1774, puis juge au tribunal de cette ville, à partir du 23 nivôse de l'an IV, et de Marie-Ide-Joséphine Musch. (Voir notice généalogique sur cette famille.)

Marie-Louise-Wilhelmine de Tiecken de Terhove, était la fille du baron Rudger Pierre, membre du Corps équestre du Limbourg, du Congrès national de 1830 et de la Chambre des représentants, et de Marie-Pétronille van Muysen.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le baron Albert Forgeur, eut de son mariage, les sept enfants qui suivent :

 

  1. le baron Henry, qui suit
  2. le baron Georges-Albert-Marie-Louis, né à Liège, le 21 août 1874, y décédé le 23 novembre 1932, sans alliance. Il fut président du Conseil d'administration de l'Ancienne société liégeoise, pour l'Achat et la Construction de maisons ouvrières, et membre du Comité de Surveillance de la société civile du Passage Lemonnier à Liège.
  3. le baron Maurice, qui suivra, après la descendance de son frère Henry, (chapitre), auteur du premier rameau.
  4. le baron Edgar, auteur du second rameau. Il suivra .
  5. le baron Alphonse-Marie-Adrien, né à Liège, le 15 avril 1879, décédé à Alexandrie (Egypte) , le 2 mars 1924. Il fit ses études à l'université de Liège, qui le proclama docteur en droit, le 25 octobre 1902. Il prête le serment d'avocat à la Cour d'appel de Liège, le 17 novembre 1902. Quelques années après, il fut nommé professeur de droit civil, à l'école de droit au Caire, en Egypte, où il professa jusqu'en 1915. Il est l'auteur d'un ouvrage de droit, intitulé:« De la préemption en droit égyptien ».

La guerre mondiale, déchaînée en août 1914, le trouve en congé en Belgique. Il n'hésita pas, et il s'engagea comme cavalier volontaire à l'escadron Marie-Henriette de la Garde civique à cheval, avec laquelle il prit part à la retraite de l'armée belge. Versé au 4e régiment de chasseurs à cheval, il participa à la bataille de l'Yser. En 1915, rappelé au Caire, par le gouvernement égyptien, il y retourna pour y donner son cours. L'Ecole de droit ayant été supprimée, en juillet de la même année, il regagne l'Angleterre, où son père, avait loué une villa à Folkestone.

La guerre continuant, il s'engageât une seconde fois et rejoignit le 4e régiment de chasseurs à cheval. Nommé maréchal des logis, il devint sous-lieutenant de cavalerie, assista à la victorieuse bataille des Flandres en 1918 et fut cité à l'ordre du jour de l'armée.

La guerre terminée, il retourna en Egypte, en avril 1919, où il est attaché au ministère égyptien de la justice, y remplissant les fonctions de directeur, puis de secrétaire-général ad interim. Sa parfaite connaissance des langues anglaise et arabe, lui permit à ce moment de rendre service au gouvernement anglais, en traduisant, notamment, d'anglais en français, pour le futur roi d'Egypte Fouad ler, qui ignorait l'anglais, plusieurs rapports de Lord Milner, sur les divergences de vues politiques, existant alors entre les gouvernements anglais et égyptiens. En récompense de ce service, Lord Allenby, lui remit, avec les remerciements du gouvernement de Sa Majesté Britannique, un fort bel étui à cigarettes en or massif.

Il fut alors nommé juge au tribunal indigène de Mansourah, puis juge au tribunal mixte d'Alexandrie.

Le baron Adrien Forgeur, était Chevalier de l'Ordre de Léopold, décoré de la Croix de guerre belge 1914-1918, de la Médaille de l'Yser, de la Médaille de la Victoire et de la Médaille Commémorative de la Campagne 1914-1918. Il était aussi Officier de l'Ordre du Nil et Chevalier de l'Ordre de la Couronne d'Italie.

  1. la baronne Louise-Eugénie-Marie-Zoé, née à Liège le 19 novembre 1880. Elle fut chanoinesse régulière de Latran, au Monastère de Nazareth à Bruges, sous le nom de « Sister Mary Gabriel ». Elle mourut à Bruges, le 25 mai 1927, ayant vingt-deux ans de profession religieuse.
  2. la baronne Jeanne-Marie-Hentiette-Eugénie, née à Liège, le 19 septembre 1882. Elle épousa à Liège, le 21 juin 1904, Charles-Albert-Jules-Joseph-Marie de Borman 2 Eugénie (l), juge de paix émérite du canton de Looz, Officier de l'Ordre de la Couronne et Chevalier de l'Ordre de Léopold, né au château de Schalkhoven à Schalkhoven, le 25 novembre 1876, y décédé le 13 niai 1959, fils du baron Camille-Théodore-Fédéric-Marie, président du Conseil héraldique de Belgique, Grand officier de l'Ordre de la Couronne et Commandeur de l'Ordre de Léopold, et de Marie-Louise-Hubertine-Philomène baronne de Brouckmans.

 

Château de Kéwith à Gellick

 

 Chapitre 10                              Chapitre 12

  1. Breuls: famille notable, originaire de Maestricht et des environs, élevée à la noblesse belge au XXe siècle - Voir notice généalogique sur cette famille.

 

  1. de Borman: famille originaire de la Principauté de Liège (Comté de Looz, Brée et Maeseyck XIVe siècle), qualifications nobles au XVIIIe siècle.

Armes: d'or à trois anciens chapeaux de Cardinal, garnis de leurs houppes de gueules. Concession de noblesse et du titre de chevalier, transmissible par primogéniture masculine, le 6 mai 1857. Concession du titre de baron, transmissible de la même manière, au chevalier, Canille Théodore Frédéric Marie, le 5 juillet 1913. a troisième branche a obtenu le 26 avril 1816, reconnaissance de noblesse et le 6 mai 1857, concession du titre de chevalier. Voyez: Le livre d'Or de la famille de Borman, par le baron Camille de Borman; les Annuaires de la noblesse, et l'Etat présent de la noblesse du royaume de Belgique, tome II

 

 

Copyright © All Rights Reserved

Respect de la vie privée.

Les informations concernant les personnes vivantes sont limitées. Si vous ne désirez pas que votre photo soit publiée, merci de me le dire.