Chapitre 9: Henri Joseph et Jean Pierre Nicolas

Chapitre 9 : Henri Joseph et Jean Pierre Nicolas

Généalogie Forgeur

Henri-Joseph est né à Liège, y baptisé à Notre-Dame-aux-Fonts, le 17 mai 1734, il épousa à Liège en la chapelle des Clercs, le 15 août 1761, Marie-Catherine Donnay, née à Liège, y baptisée à Notre-Dame-aux-Fonts, le 10 septembre 1732, fille de Nicolas et de Catherine Guinotte.

Henri-Joseph fut archer de la Cité (voir cadre), et mourut à Liège le 30 juillet 1790. Il fut inhumé à l'église Saint-Jean-Baptiste.

Il eut de son mariage sept enfants, nés à Liège

  1. Jean-Pierre, né le 20 janvier 1764, décédé enfant-,
  2. Jean-Pierre-Nicolas qui suit.
  3. Marie-Catherine, née le 29 juillet 1768.
  4. Jeanne, née le 24 février 1770.
  5. Joseph-Ferdinand. né le 27 octobre 1771.
  6. Anne-Josèphe, née le 14 janvier 1774.
  7. Marie-Catherine, née le 15 avril 1781.


——————————————————————————-


Jean-Pierre-Nicolas est né à Liège, y baptisé en l'église de Notre-Dame-aux-Fonts,

le 5 décembre 1766, il est qualifié rentier, dans son acte de décès survenu à Liège,

le 21 décembre 1855. Il épousa à Liège le 20 janvier 1800, Marie-Catherine HUMBLET(1) alors âgée de dix-sept ans, décédée à Liège, le 6 septembre 1866. Elle était la fille de Jean-Gilles et d'Anne-Joseph Colinet. Avant d'être rentiers ils étaient installés au Pont d'Ile ou ils étaient à la fois perruquier, parfumeur et quincailler. Il ont probablement bénéficieé du soutien d'un oncle Chamoine et bien introduit dans la vie liègeoise Jean-Joseph HUMBLET (1747-1829).


Ils eurent de leur union, sept enfants



  1. Anrie-Marie-Catherine-Jeannette. Elle fut l'épouse de Toussaint Nicolas DUCHESNE, et décéda à Liège le 14 juillet 1882, âgée de quatre-vingt et un ans.
  2. Joseph, qui suit (auteur de la branche des barons) Forgeur.
  3. Marie-Catherine, née à Liège, le 12 novembre 1806. Elle épousa Jean-Arnold-Napoléon SIMONS (2) , notaire à Liège, y décédé le 13 juin 1875, fils d'Arnold et d'Aldegonde-Elisabeth Prys.
  4. Constantin-François, (Voir photo dans l’album photo) né à Liège le 22 mars 1810, y décédé le 13 octobre 1897. Il fit une belle carrière militaire. Engagé volontaire à l'armée belge, il passa régulièrement par tous les grades. Il fut officier d'infanterie et tint garnison à Lierre, Tournai, Ath, Diest, Termonde, Anvers et Liège, et fut successivement commandant des places de Diest, Anvers et Liège. Alors qu'il était commandant de place de cette dernière ville, avec le grade de colonel il fut mis à la pension avec le grade de général-major. Il était Officier de l'Ordre de Léopold, décoré de la Croix militaire de première classe, de la Croix des combattants de 1830 et de la Croix commémorative de 1854.  Le général Constantin-François Forgeur, avait épousé à Diest en 1839, Marie-Agnès VAN DER MAESEN (3), fille de Paul-Lambert, maître de Postes à Lummen, y né en 1791 et décédé à Diest le 29 avril 1881, et de Dymphe Steygers, native de Diest.

Ils eurent de leur union :

  1. Valérie-Marie-Antoinette, née à Lierre le 17 février 1840 décédée à Anvers, le 14 février 1911, ayant épousé à Liège, le 21 mai 1864, Léopold-Charles-Coristantin-Louis VERSTRAETE colonel d'artillerie, Officier de l'Ordre de Léopold, Croix civique de première classe, né à Menin, le 5 juin 1833, décédé à Anvers le 3 février 1924, fils de Jean, capitaine d'artillerie et d'Hortense de Maeschalk.
  2. Paul-Marie-Constantin-Edgard, né à Liège en janvier 1841. Il était étudiant à la Faculté de droit de l'université de Louvain, lorsqu'il mourut, sans avoir contracté d'alliance à Anvers, le 22 février 1862. Il1 avait au sortir d'un bal, aidé à faire la chaîne afin d'éteindre un incendie; gêné dans ses mouvements par son pardessus, il l'enleva et se dévoua jusqu'au matin par une nuit froide et pluvieuse, en habit de soirée. Le refroidissement qu'il gagna, l'emporta en quelques jours.
  3. Eveline-Marie-Joséphine , née à Liège le 18 mars 1843, y décédée le 12 octobre 1897. Elle épousa à Liège en 1863, Edmond Charles-Nicolas EBERHARD avoué à la Cour d'appel de Liège, Chevalier de l'Ordre de Léopold, né à Liège le 25 mai 1840, y décédé le 26 novembre 1922, fils de Jean-Pierre et de Caroline, Eugénie-Constance-Alphonsine de Warzée.



  1. Anne-Joséphine, qui fut l'épouse de Pierre-Adolphe de BRAUWÈRE, capitaine d'infanterie au 70 régiment de ligne, en garnison à Charleroy en 1845.
  2. Marie-Catherine-Emilie, décédée sans alliance à Liège, le 14 juillet 1838, à l'âge de vingt-deux ans.
  3. Nicolas Toussaint, décédé sans postérité.


DONNAY: parti d'argent au lion de sinople et d'or à une ruche d'argent brochant sur deux tridents passés en sautoir. Cimier:un lion issant de sinople. Voyez Armorial d'Abry, Tome B, page 12, aux archives de l'Etat à Liège.

Les archers de la Cité apparaissent pour la première fois en 1718. Ils formaient la police administrative de la Cité, et encore n'étaient-ils que deux. En 1736, leur nombre fut porté à six, et ce n'était point trop, dit Théodore Gobert, pour une ville qui comptait alors de soixante à septante mille âmes, car ils avaient comme mission, outre le maintien de l'ordre, la surveillance des marchés, des vagabonds et fainéants, une série de missions étrangères à la police à remplir, trop longue à énumérer ici. Ce nombre de six fut conservé invariablement jusqu'à la fin du régime princier, mais on finit par leur donner un chef. Nonobstant leur appellation, ils ne portaient pas l'arc, mais une hallebarde ou un sabre, auxquels on ajouta plus tard un fusil. Ils avaient un uniforme comportant un habit brun et un autre gris, avec revers et parements jaunes; tous étaient coiffés d'un chapeau.


 Chapitre 8                                                                                                                                                                                 Chapitre 10

  1. Humblet: Vairé, au franc quartier de gueules, chargé de neuf besants d'or, 3, 3, 3. Casque taré en tierce, orné de son bourrelet. Cimier:un des besants. Voyez, Recueil d'armoiries bourgeoises, du héraut d'armes Henri van Ophoven, publication des bibliophiles liégeois, tome I, page 270 et l'Armorial d'Abry tome B, page 271, aux archives de l'Etat à Liège. Les parents de Marie-Catherine Humblet, étaient originaires de Ramet; elle avait deux frères, le premier émigra en France, et fut imprimeur à Paris, il se prénommait Jean-Charles; le second, Jean-Joseph fut prêtre, aumônier des armées de Sa Majesté très Chrétienne, décoré de l'Ordre royal du Lys et enfin chanoine de Molhain. Il mourut à Tilleur, le 24 avril 1829. Son neveu Joseph Forgeur fut son exécuteur testamentaire.
  2. Le notaire Simons avait deux frères, l'un Joseph Simons épousa N... de Bruyn et l'autre Chrétien, Louis Simons, né à Alken près de Looz, le 18 avril 1811, décédé à Bruxelles, le 22 octobres 1880, fut lieutenant-général et Grand officier de l'Ordre de Léopold. Il avait épousé Pauline Charlotte Thomeret, fille d'Adolphe, notaire royal à Mons de 1824 à 1854. (Voyez:Le Parchemin, 4e année, no 3-4, page 108). Met den Anext, dans on Recueil nobiliaire belge, tome 1, page 51, blasonne la famille Simoils du pays de Looz, comme suit: d'argent au chevron de gueules accompagné d'une étoile d'or.
  3. Paul Lambert van der Maesen était fils de Mathieu et de Mademoiselle Tielens qu'il avait épousé en 1755.


Copyright © All Rights Reserved

Respect de la vie privée.

Les informations concernant les personnes vivantes sont limitées. Si vous ne désirez pas que votre photo soit publiée, merci de me le dire.